La balnéothérapie

Lors du bilan réalisé par le kinésithérapeute pendant le 1er RDV, celui-ci détermine si la balnéothérapie peut présenter un intérêt pour votre rééducation.

Quel est l’intérêt de la rééducation en balnéothérapie ?

Les séances en balnéothérapie présentent 2 intérêts principaux :

  • L’eau chaude de la piscine, à 32,5 °C toute l’année, permet de détendre les tissus musculaires et cutanés.
  • Grâce à la portance de l’eau, le corps ne pèse plus que la moitié de son poids (principe d’Archimède), ce qui permet de diminuer les contraintes exercées sur les articulations.

Les bénéfices :

Dès lors, cela permet de :

✓ gagner en amplitude articulaire (capsulite, prothèse d’épaule, …)

diminuer les douleurs et permettre une facilité de mouvement (arthrose, rhumatismes, lombalgie et autres douleurs dorsales, tendinites, fibromyalgie, algoneurodystrophie, …)

✓ permettre une remise en charge progressive

Il n’y a que peu de contre-indications aux séances de kinésithérapie en piscine : les affections cutanées spécifiques, les plaies ouvertes, les cicatrices non étanches, les incontinences urinaires, ou un problème infectieux chronique.

Quelques précisions :

- La profondeur du bassin étant de 1,20 et 1,30m, il n’y pas besoin de savoir nager car vous avez pied partout dans le bassin. Si vous n’êtes pas à l’aise dans l’eau, des barres sont présentes sur tout le périmètre de la piscine pour vous rassurer.

 

- A l’issue de la séance de kiné en piscine, vous pouvez profiter pendant une dizaine de minutes du jacuzzi chauffé à 35°C, pour prolonger les bienfaits de l’eau chaude.

Une qualité d'eau irréprochable

Afin de vous garantir une qualité d’eau irréprochable, notre piscine et notre jacuzzi, traités au chlore, font l’objet d’une étroite surveillance avec des tests quotidiens du taux de chlore et de pH. Nous nous assurons ainsi que les paramètres de l’eau soient toujours dans les normes autorisées.

Des prélèvements mensuels inopinés sont en plus effectués et analysés par un laboratoire indépendant mandaté par l’ARS (agence régionale de santé).